Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Lily la malchance. (DONE)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lily Baker
membre des magyars.

avatar

Nombre de messages : 6
Age : 27
Citation : Faites-moi des grimaces dans le dos tant que vous voudrez ; mon cul vous contemple.
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: Lily la malchance. (DONE)   Lun 14 Sep - 3:26

Lily Baker.



Qui êtes vous ?

NOM - Baker.
PRENOMS - Lily.
DATE DE NAISSANCE - 22 Juillet.
AGE - 16 ans.
ORIGINES - Parents et grands parents sorciers, cependant le reste est moldu. Donc sang-mêlé.
CLAN - Magyar.

© EMY




Eléments de sorcellerie

BAGUETTE - Bois de cerisier, 30 centimètres, crin de licorne mâle, souple. Excellente pour les sortilèges offensifs et la magie blanche.
PATRONUS - Un renard.
BIEN ou MAL ? Bien.

Hors-Jeu

PSEUDO - Emy.
AGE - 18 ans! Razz
AVATAR - Kristen Stewart.
PRESENCE - Je ne promets pas une présence phénoménale en ce moment mais je vais faire du mieux que je peux! Smile
COMMENTAIRES ? Je trouve le design un peu sombre mais je sens que le forum est prometteur! Smile


Dernière édition par Lily Baker le Lun 14 Sep - 3:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Baker
membre des magyars.

avatar

Nombre de messages : 6
Age : 27
Citation : Faites-moi des grimaces dans le dos tant que vous voudrez ; mon cul vous contemple.
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: Re: Lily la malchance. (DONE)   Lun 14 Sep - 3:34

Biographie

C'est juste une question de malchance
    Comme à son habitude, elle rêvait. Et tout en rêvant, elle avançait sur le chemin de Traverse. Aujourd’hui était un grand jour, Lily allait débuter son tout premier job d’étudiant. « La poisse ! » vous aurait-elle sûrement dit. Mais bon, c’était comme ça et elle ne pouvait rien y faire. Elle était partie plus tôt de chez elle histoire d’arriver à l’heure pour une fois. Mais il avait fallut que mademoiselle rêvasse de tout et de rien en cours de route et qu’elle perde ainsi l’avance prise. Justement, en parlant d’avance, quelle heure était-il maintenant ? La petite brune regarda sa montre et… surprise ! Si elle ne piquait pas un sprint, elle aurait cinq bonnes minutes de retard. Si tôt dit, si tôt fait, elle prit ses maigres jambes à son cou et s’élança à toute vitesse à travers la foule. Il faisait chaud en ce mois d’août et les gens étaient nombreux.

    Soudain, elle entendit un bruit de verre brisé mais ne fit pas plus attention que ça. Après tout, il y avait des maladroits partout ! Elle passa devant la vitrine éclatée en courant, concentrée sur son objectif. Avec un peu de chance, elle serait là en avance ! Allez, plus que quelques dizaines de mètres ! Mais non. Des mains la saisirent sans douceur et elle fut forcée de s’arrêter, trébuchant presque.

    « Non mais ça va pas ?! »

    Cria la demoiselle autant surprise qu’énervée. Elle fit volte face et ravala de suite la vague d’insultes qui lui pendait aux lèvres. Face à elle se tenait un agent de la police magique pour délits mineurs.

    « Heu, je peux vous aider ? »

    Son ton s’était fait de suite plus courtois, un peu gênée de s’être emportée si vite. Son impulsivité la perdrait, sa grand-mère lui avait dit maintes fois !

    « Oh oui, bien sûr ! En me suivant illico au poste ma petite ! »
    « Pardon ?! Mais pourquoi ? »
    « Oh ne joue pas à la plus fine avec moi, il n’y a pas trente-six personnes qui galopent comme des lièvres aux alentours ! »
    « Parce que courir est un crime maintenant ? »
    « Et impertinente en plus de ça ! Allez, hop, au bureau ! »

    Et avant que Lily n’ait pu dire quoi que ce soit d’autre, elle se sentit aspirée dans un tourbillon de formes et de couleurs pour finalement se retrouver dans un petit bureau miteux. Ca sentait le vieux café et les journaux s’étalaient un peu partout. « Bienvenue au paradis des poulets ! », pensa l’adolescente.

    « Bon. Nom, prénom, âge, résidence et baguette ! »
    « Oui mais voulez-vous bien m’expliquer ce que je fous ici ?! J’ai un rendez-vous moi ! »
    « Tais-toi et réponds ! »

    Tonna le plus vieux des officiers. Il en avait maté des jeunes et ce n’était certainement pas une gamine squelettique qui lui résisterait !

    Quant à elle, la « coupable » ne comprenait strictement rien à l’affaire et préféra se tempérer. Elle s’attirait toujours des ennuis involontairement, une fois de plus, une fois de moins…

    « Baker Lily, 16 ans depuis le 22 Juillet, 14 Barrington street à Londres. Voici ma baguette… »

    La jeune femme trifouilla dans son sac – un vrai bordel ! – et finit par trouver l’objet convoité. Elle le déposa sur le vieux bureau et récita, lassée :

    « Bois de cerisier, trente centimètres, contient un crin de licorne mâle… désolée, je devais la nettoyer mais… »
    « Ca ira ! »

    Coupa sèchement son interlocuteur. Il observa le bout de bois couvert de traces d’un œil critique et prit note sur son parchemin. Visiblement, ce n’était pas un bon point. Baker fit la grimace. «Quel merdier ! ».

    « Je voudrais contacter tes parents maintenant. Vandalisme plus délit de fuite, ça peut aller loin ! »
    « Vandalisme ?! Mais quel vandalisme ! Je vous dis que je n’ai rien fait ! »
    « Et la vitre brisée de l’apothicaire alors, hein ?! Des témoins t’ont vue t’enfuir ! »
    « Quoi ?! Mais.. je.. C’est pas moi ! Je courrais parce que j’allais être en retard à mon job d’étudiant ! »
    « Je m’en fous, je veux contacter tes parents ! »
    « Ma grand-mère est à la maison, utilisez la cheminée, elle répondra. »
    « Je me fiche de ta grand-mère ! Je veux parler à ton père ou à ta mère ! »

    Il commençait à l’énerver celui-là avec ses grands airs ! Lily sentit la colère monter en elle mais se maîtrisa du mieux qu’elle put. Tout en lançant des éclairs de ses yeux verts, elle répondit, coupante :

    « Mon père travaille en France, je ne le vois jamais. Je ne connais pas ma mère et c’est donc ma grand-mère qui m’élève. Alors si vous voulez parler à quelqu’un, ce sera à elle ou à personne d’autre, ok ? »

    Le policier dévisagea son opposante d’un air sombre et griffonna « Situation familiale difficile, cas social, incapable de se maîtriser.». Un vrai con ! L’étudiante passa sa langue sur ses lèvres, signe typique de son énervement. En la voyant, personne n’aurait pu dire qu’elle contenait autant d’énergie. Pâle comme la mort, cernée, frêle, petite, elle présentait tous les symptômes d’une demoiselle malade et souffrant de troubles alimentaires. Et pourtant, ses amis pouvaient témoigner de son appétit surhumain ! Toutes les crasses possibles, tous les sodas, les friandises, les frites, les chips, les sauces… vraiment tout passait par son organisme. Elle mangeait comme pour quatre et ne pesait même pas le poids d’un gosse de quatorze ans. La nature était parfois étrange !

    « Je vais donc contacter ta grand-mère. Ne bouge pas d’ici ! »

    En même temps, où voulait-il qu’elle aille ? Lily préféra rester muette et se contenta de lever les yeux au ciel. Ce vieux morse était lourd ! Enfin, il fallait qu’elle se contienne. Pas calme pour deux sous, elle se mit à claquer ses doigts sur le bureau et à taper du pied. Roberta – sa grand-mère – allait la tuer. Et une fois de plus, ce serait injustifié. C’est vrai quoi, était-ce vraiment sa faute si la malchance la poursuivait ? Où qu’elle aille, l’adolescente se faisait remarquer contre son gré. Les ennuis, c’était pour sa pomme !

    Cinq puis dix minutes passèrent dans un silence monstre. Elle pouvait le dire clairement : elle se faisait chier. Histoire de passer le temps, Baker prit un petit miroir tout griffé de son sac et s’observa. Visage fin et allongé, dents assez grandes et pas vraiment régulières, taches de rousseurs ici et là, yeux fatigués, cheveux mal coiffés… elle était fidèle à elle-même : dans un total désordre. Cette idée la fit sourire. C’est vrai qu’elle n’était pas très féminine, mais elle était comme ça. Pourquoi passer des heures devant un miroir alors que la nature avait choisi pour nous ? C’était ridicule. Et surtout une perte de temps. Dans sa désorganisation bien à elle, Lily manquait toujours cruellement de temps, pas la peine d’en perdre davantage.

    Tout à coup, un bruit retentit dans le poste de police et une femme d’une bonne soixantaine d’années apparut dans la pièce. Elle était grande, potelée, bien habillée et soigneusement coiffée. Roberta Higgins, mère de James Baker et grand-mère de Lily. Cette dernière esquissa un petit sourire en la voyant. Elle s’était toujours bien entendue avec elle et même si elle lui en faisait voir de toutes les couleurs, elle l’adorait plus que tout.

    « Que je signe cette décharge au plus vite, j’ai quelque chose sur le feu ! »

    Ah ça, elle n’aimait pas attendre Mrs Higgins ! C’était tout le contraire de sa descendance. Organisée, cartésienne, adroite, ponctuelle, maniaque, friande d’études… bref, une parfaite ancienne Serdaigle.

    L’agent fut sans doute impressionné par l’allure de la vieille dame, toujours est-il qu’il tendit son parchemin sans broncher.

    « Et toc ! On fait moins le malin maintenant hein ? » pensa l’étudiante. Ses yeux pétillèrent de malice et alors qu’elle s’apprêtait à partir, Roberta posa une main sur son épaule osseuse.

    « Où vas-tu comme ça toi ? Tu as loupé ton job d’étudiant chez Fleury&Bott ? Et bien tu le feras ici ma chère ! »
    « Quoi ? »
    « Et cesse de prendre ce ton impertinent avec moi Lily, tu sais bien que tu ne m’impressionnes pas ! »
    « Mais… »
    « Hop, tu vas travailler à l’archivage des vieux dossiers ! C’est pénible et inutile mais au moins, ça te fera les pieds. »
    « Mais j’ai rien fait ! Je te jure que ce n’est pas moi pour la vitre ! »
    « Je sais. Mais dis-toi que ce qui ne te fait pas de mal ne peut que te faire du bien ! »

    Mrs Higgins eut un sourire malicieux et transplanna tout aussi vite. Sacrée Roberta ! Avec ses éternelles leçons de morale… Consignée, Lily Baker se retrouva donc pour la fin de l’été au poste de police magique londonien. Comme demandé, elle fit le café (avec un laxatif ou deux de temps en temps pour rompre la monotonie), tria les papiers (pas toujours par ordre alphabétique) et balaya (à moitité) le bureau. On lui promit de ne plus jamais l’accepter en tant qu’étudiante et la demoiselle en fut ravie. Elle aussi elle donnait des leçons… à sa façon.




Dernière édition par Lily Baker le Lun 14 Sep - 14:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Baker
membre des magyars.

avatar

Nombre de messages : 6
Age : 27
Citation : Faites-moi des grimaces dans le dos tant que vous voudrez ; mon cul vous contemple.
Date d'inscription : 14/09/2009

MessageSujet: Re: Lily la malchance. (DONE)   Lun 14 Sep - 3:40

    J'ai donc fini ma fiche! Very Happy

    Elle n'est pas exceptionnellement longue mais fait plus de 1000 mots. Je pense que je ne dois rien rajouter, l'essentiel y est et ça me laisse une assez grande liberté pour faire évoluer mon personnage.

    J'espère que la lecture sera bonne! =D

    (Au fait Melody, tu peux supprimer mon compte sur Veritaserum, je vais jouer sur ce forum-ci. Smile)

    C'est Emy Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caden Austin
membre des magyars.

avatar

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 13/09/2009

MessageSujet: Re: Lily la malchance. (DONE)   Mer 23 Sep - 8:52

Bienvenue sur BTN Emy ! Very Happy

Jolie fiche, de toute façon, on ne demande pas une longueur énorme, on veut juste le strict nécessaire et s'éclater !

Pour Lily, je serai tentée de la mettre chez les Gryffondors en plus des maggyars. Qu'en dis-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lily la malchance. (DONE)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lily la malchance. (DONE)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fiche d'île] Amazon Lily
» Alvéole De Lily-Miel...
» Lily Black
» Un nouveau matin en douceur. [Lily-Ana Banger]
» [Octobre] Byul Tiger Lily

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
hogwarts' back to NEVERLAND. :: Neverland :: La cérémonie de répartition-
Sauter vers: